Musique pour
30 pédales

Installation sonore / depuis 2011

Musique pour 30 pédales est une installation sonore performative composée d’un guitariste et d’un amplificateur, séparés par trente pédales d’effets actionnées par le public. Le dispositif intègre donc le spectateur dans l’écriture instantanée d’une improvisation, en lui permettant d’intervenir en direct sur la matière sonore jouée par le guitariste. Mais s’il peut influer sur la pièce et en modifier le résultat, il en partage également la responsabilité. Le public doit-il questionner son statut ? Est-il une entité collective ? Peut-il faire n’importe quoi sous prétexte qu’on le lui propose ? Doit-il participer à tout prix ?

Hugo Roussel : conception, guitare
Yannick Laurent : fabrication des pédales
Photos : Arnaud Hussenot, Ghislaine Chognot
Production : Hugo Roussel

Dossier (FR) | Fiche Tech (FR) | Photos
Project (UK) | Tech Sheet (UK)

Hugo Roussel : Musique pour 30 pédales © Arnaud Hussenot
Hugo Roussel : Musique pour 30 pédales © Ghislaine Chognot
Hugo Roussel : Musique pour 30 pédales © Ghislaine Chognot
Hugo Roussel : Musique pour 30 pédales © Ghislaine Chognot
Brussel

Musique / depuis 2011

Bruno Fleurence et Hugo Roussel (Brussel) explorent des étendues sonores improvisées où se croisent bourdons de surpeti, bruits de guitare, râles de trompette, souffles d’amplis… Leur musique, épaisse et crépusculaire, résonne comme un abstract blues des plaines arides. Sur scène, le duo collabore fréquemment avec d’autres artistes et devient alors trio. On a pu le voir en compagnie de la danseuse Marie Cambois, du poète Steve Gander, du danseur Romain Henry ou encore de la cinéaste expérimentale Gaëlle Rouard. Après Härskeri (2013) et Talking Ghosts (2014), Delta sort en 2016 sur le label 33RevPerMi.

Bruno Fleurence : surpeti, trompette, guitare
Hugo Roussel : guitare
Photos : Jean-Guillaume Legrand, Émilie Salquèbre
Site : www.brussel.fr

Pour l'instant
(Opus incertum I)

Poésie / 2018

Pour l'instant regroupe 24 tentatives poétiques nourries à l'ordinaire, écrites entre 2016 et 2018. Ce premier recueil, tiré à 50 exemplaires, initie une série de courts textes intitulée Opus incertum (terme de maçonnerie désignant un assemblage de pierres de forme et de dimension irrégulières).

Hugo Roussel : textes
Remerciements : Ingrid B, Alain B, Richard B.

Hugo Roussel : Pour l'instant - Opus incertum I © Hugo Roussel
Hugo Roussel : Pour l'instant - Opus incertum I © Hugo Roussel
Hugo Roussel : Pour l'instant - Opus incertum I © Hugo Roussel
Hugo Roussel : Pour l'instant - Opus incertum I © Hugo Roussel
Hugo Roussel : Pour l'instant - Opus incertum I © Hugo Roussel
Hugo Roussel : Pour l'instant - Opus incertum I © Hugo Roussel
Black Drop

Musique & Danse / depuis 2016

Marie Cambois et Hugo Roussel explorent avec Black Drop
un territoire en mouvement, semi-improvisé, semi-apprivoisé. Ici évolue un corps anonyme, dont les postulats figuratifs se muent en abstractions organiques. Là des bruits de guitare, des grondements électriques, émergent d'un battement lourd et immuable. Et tout autour, l'obscurité affable.

Marie Cambois : danse
Hugo Roussel : guitare
Photos : Hugo Roussel, Vincent Tournaud
Production : La distillerie collective

Dossier (FR) | Fiche Tech (FR) | Photos | Vidéo

Marie Cambois & Hugo Roussel : Black Drop © Hugo Roussel
Marie Cambois & Hugo Roussel : Black Drop © Vincent Tournaud
Marie Cambois & Hugo Roussel : Black Drop © Vincent Tournaud
Marie Cambois & Hugo Roussel : Black Drop © Vincent Tournaud
Guitar Solo
Works I

Musique / depuis 2017

Guitar Solo Works I est un mémento sonore où sont archivées au fur et à mesure des expérimentations improvisées en solo. Ces recherches sont menées autour de la guitare électrique sans effet et différents objets tels qu’un archet, un looper, un e-bow...

Hugo Roussel : guitare

Pièce pour
Dominique

installation sonore / 2017

Pièce pour Dominique est une installation sonore inspirée des cromlechs (monuments mégalithiques rituels) dédiée à la mémoire de Dominique Répécaud. Disposés en cercle, douze guitares branchées à douze amplis entrent successivement en résonance et créent un brasier de larsens, devenant pour un instant l’espace immatériel et sonique d’un recueillement collectif. Puis tout s'interrompt, brusquement.
Cette installation fut présentée le 28 mai 2017 au CCAM de Vandœuvre, en clôture de la 33e édition du festival Musique Action, la dernière programmée par Dominique.

Hugo Roussel : conception
Anthony Laguerre : metteur en son
Avec la contribution de Yves Botz, Chair, Bruno Fleurence, Olivier Fresson, Michel Henritzi, Anthony Laguerre, Dominique Laur, Will Nurdin, Hugues Reinert, Romain Réot, Hugo Roussel, Christophe Sorrow.
Photo installation : Fabrice Schmitt

Dessins instantanés : Série sans titre

Dessin / 2016

Les Dessins instantanés naissent d'une phrase extraite du quotidien ou d'un trait tracé au hasard. Réalisés sur l'instant, sans intention quant à leur forme finale, ils se révèlent progressivement, comme une improvisation sonore. Toujours en noir et blanc et presque toujours accompagnés de texte, ils sont regroupés au sein de différentes séries, intitulées ou non, qui correspondent à différentes périodes et techniques.

Hugo Roussel : crayon sur papier

Hugo Roussel : Les bras m'en tombent (2017-03-12) © Hugo Roussel
Hugo Roussel : Le corbeau (2017-03-20) © Hugo Roussel
Hugo Roussel : Approximation Divine (2017-01-06) © Hugo Roussel
Hugo Roussel : Horizon (2017-03-12) © Hugo Roussel
Hugo Roussel : Obscures profondeurs (2017-03-22) © Hugo Roussel
Hugo Roussel : Cliques et claques (2017-03-22) © Hugo Roussel
Sentences

Installation typographique / 2014

Sentences traite de la relation consentie que nous entretenons au quotidien avec l'omniprésence insidieuse de toute forme d’autorité. L'installation typographique imagine une instance supérieure qui distille ses préceptes, à la fois imposants et discrets. Cette entité invisible s'immisce partout comme si, quoi qu'on fasse, où qu'on aille, elle faisait la promesse d'être toujours présente. Cet organisme, on l'appelle école, bureau, mode, religion ou encore famille.
La forme d’un signe typographique influe sur la perception du message qu’il véhicule. Ainsi, dans Sentences, le dessin des caractères fait partie intégrante de la proposition artistique. Créée spécifiquement pour l'installation, la Sentence est une fonte segmentaire, condensée et capitale, basée sur une grille de construction orthonormée qui lui confère sa forme stricte.

Hugo Roussel : conception, fonte
Production : Les patries imaginaires

Hugo Roussel : Sentences (Veuillez vous référer au canon esthétique en vigueur) © Hugo Roussel
Hugo Roussel : Sentences (Nous veillons sur votre liberté) © Hugo Roussel
Hugo Roussel : Sentences (L'autorité n'a rien d'autoritaire dès lors qu'on ne la conteste pas) © Hugo Roussel
Hugo Roussel : Sentences (Divertissez-vous, nous nous occupons du reste) © Hugo Roussel
Dessins instantanés : Série Pandabold

Dessin / 2007 - 2009

Pandabold est le titre d'une série de dessins-collages en noir et blanc, réalisés entre 2007 et 2009, et le pseudonyme utilisé pour les signer. Chaque image est amorcée par un fragment photographique – ajusté parfois au ruban correcteur comme un repentir – qui est ensuite extrapolé au stylo. La série Pandabold compte une quarantaine de dessins-collages instantanés, dont certains ont été publiés (Nothing here could prove i'm wrong, Imagora Editions, 2008) ou exposés (Tournée d'adieu, Galerie TouTouChic, 2010).

Hugo Roussel : collage, ruban correcteur et stylo sur papier

Hugo Roussel : Pandabold (I dreamed i dream) © Hugo Roussel
Hugo Roussel : Pandabold (At the end of the road) © Hugo Roussel
Hugo Roussel : Pandabold (Total Ektoplasm) © Hugo Roussel
Hugo Roussel : Pandabold (Street Story Season 4) © Hugo Roussel
Hugo Roussel : Pandabold (Enhance Your Pen) © Hugo Roussel
Hugo Roussel : Pandabold (Insane Rocket) © Hugo Roussel
Hugo Roussel : Pandabold (Nothing here could prove I'm wrong) © Hugo Roussel
Hugo Roussel : Pandabold (Lenz) © Hugo Roussel
Hugo Roussel : Pandabold (He's here) © Hugo Roussel
Autofood

musique / 2003

Autofood regroupe des enregistrements solos de 2003, réalisés avec une table de mixage bouclée et des circuits imprimés servant de modulateurs d’ondes ou d’effets. Ces composants électroniques proviennent notamment d’un modem 56k désossé, d’un lecteur de disquette 3.5 pouces ouvert ou d’un walkman cassette éventré. Initialement prévu pour sortir sur le label ARR, le projet n’aboutit finalement que plusieurs années après, sous forme de disque téléchargeable.

Hugo Roussel : self-input mixing-board